Rentrer ses plantes en hiver
L’hiver venu, les plantes d’appartement ou celles du jardin rentrées à l’abri appellent des soins particuliers. La qualité du contenant, l’apport de lumière et d’humidité, la modération des températures et des arrosages contribueront à les maintenir en bonne santé.

La qualité du contenant

Les plantes sont habituellement conditionnées dans des pots en plastiques, avantageux d’un point de vue économique et logistique, mais nocifs pour la respiration des racines. Le premier geste consiste à changer le pot pour un contenant en poterie, dont la porosité facilitera la respiration de la plante. La terre cuite est également un bon moyen de doser les arrosages puisque par son aspect humide ou sec, le pot indique de lui-même la nécessité d’arroser.

De l’importance de la lumière

Rappelons-le, sans lumière les plantes ne peuvent faire leur photosynthèse. Il est donc indispensable de disposer les pots près d’une fenêtre ou d’une puissante source lumineuse. Gardons également en mémoire que l’intensité lumineuse diminue au rythme du carré de la distance : à 2 mètres d’une fenêtre, la plante reçoit 4 fois moins de lumière que tout juste devant. Idéalement, les plantes sont installées à 1,50m des fenêtres. Le jaunissement du feuillage est plus souvent le signe d’un manque de lumière que d’un manque d’arrosage.

Une chaleur modérée

La température idéale sera de 18°C. Les appartements surchauffés achèvent d’évaporer les dernières particules d’humidité. L’hygrométrie est à surveiller de près. Une chaleur excessive ou la proximité des radiateurs ne pourra convenir qu’aux seuls cactus. Les plantes vertes ont besoin de plus de fraicheur, surtout les plantes d’orangerie que sont les orangers, citronniers, lauriers-roses et bougainvillées.

Un arrosage mesuré

Plus que d’un manque d’eau, les plantes d’appartement souffrent plus souvent d’un excès d’arrosage. En cas de sécheresse, le feuillage devenu fripé reprendra meilleure mine avec un peu d’eau. Beaucoup moins curable la situation inverse où le trop plein d’eau asphyxie les racines. Elles pourrissent et les feuilles ramollies brunissent.
Le rythme général est d’un arrosage en profondeur par semaine en hiver, et seulement une fois tous les 15 jours pour les plantes ligneuses du type des philodendron, ficus et autre plante munie de troncs ou de tiges rigides.

Maintenir l’humidité atmosphérique

Souvent négligée, la qualité de l’air est trop sèche en appartement. Paradoxalement, de nombreuses plantes d’intérieur sont d’origine tropicale et prospèrent dans un taux d’hygrométrie situé entre 70 et 90%. A défaut, leur développement est compromis, les feuilles jaunissent et les extrémités sèches. Les conditions naturelles étant difficiles à recréer dans le salon, on peut compenser l’absence d’humidité de l’air en brumisant régulièrement le feuillage ou en plaçant les pots dans un bac d’eau peu profond sur une couche de billes d’argile. L’évaporation progressive de l’eau reproduira une atmosphère humide tout autour de la plante sans que les racines ne touchent l’eau.