Araignée rouge

Elles sont minuscules ces araignées rouges et prolifèrent au revers des feuilles. Leurs toiles très fines sont tissées entre toutes les tiges, recouvrant la plante d’un voile. Ces araignées sont extrêmement nocives et les feuilles vont progressivement jaunir jusqu’à sécher.
Pour en venir à bout, on peut pulvériser un insecticide biologique ou encore, créer des conditions défavorables à leur développement. Comme elles prospèrent dans un milieu chaux et sec, on augmente le taux d’humidité en recouvrant la plante d’un plastique ou en aspergeant régulièrement le feuillage d’eau tiède.

Cochenille

Les tiges et feuilles de la plante sont parsemées de coquilles, exactement accrochées sur les veines. Ce sont des cochenilles, insectes piqueurs sans pattes, qui se nourrissent de la sève. Nul doute que la plante ne résistera pas si elle se fait entièrement coloniser. Il s’agit généralement de cochenilles farineuses dont le miellat qu’elles sécrètent provoque le développement de la fumagine, un champignon noir qui asphyxie les feuilles.
Les cochenilles se suppriment à la main avec un chiffon humide en insistant sous les feuilles. On peut utiliser du savon liquide. Sinon, un traitement sera pratiqué avec un insecticide spécifique anti-cochenille.

Mouche blanche ou aleurode

Insectes volants de couleur blanche, les aleurodes s’installent sous les feuilles. Le feuillage devient collant et une moisissure noire apparaît. Très résistantes aux insecticides, il faut se tourner vers les pièges à glue sur lesquels ces mouches se colleront. Il est également préconisé de baisser la température ambiante de la véranda, espace où elles aiment généralement évoluer.

Puceron

Célèbres suceurs de sève, les pucerons attaquent les boutons près à fleurir et jeunes pousses dès le printemps. Leur présence se repère par leurs mues blanches qui retombent sur les feuilles basses. Leur déjection est un miellat poisseux qui attire les fourmis et qui favorise la fumagine un champignon de couleur noir.
Les pucerons se suppriment en essuyant les tiges avec de l’eau savonneuse, sinon en employant un insecticide spécifique.