Le bois est un matériau qui revient sur le devant de la scène et ne cesse d’évoluer pour offrir des solutions à toute construction et notamment des terrasses de jardin.

Une offre élargie

Franchissant les frontières des régions forestières, les terrasses en bois se sont diversifiées dans leurs styles et leurs essences. Proposées en bois naturel ou en composite, pour une pose traditionnelle en lames ou en dalles, les terrasses en bois se fondent désormais à tous les environnements. Couleurs et reliefs sont au choix. Ces terrasses sont appréciées pour leur solidité malgré que le bois se déforme, gonfle, sèche et craque au grès des saisons.

Les critères de choix

L’essence du bois est choisie pour sa bonne qualité et sa résistance aux agressions extérieures. Les consommateurs éco-responsables renonceront aux essences exotiques et vérifieront la provenance du bois certifié PEFC, issu de forêts gérées durablement.

On sélectionnera des planches sans nœuds, ni fentes, ni taches, parfaitement droites qui aient correctement séché. Même si les défauts peuvent être corrigés au moment de la pose, une lame mal débitée reprendra inévitablement sa forme.

Lorsque vous procédez personnellement à l’achat, ne faites pas de commande à distance et méfiez-vous des lots en promotion ou des offres proposées sur les sites web de vente aux enchères. Vous vous retrouvez avec des éléments inutilisables qu’il faudra racheter par ailleurs, augmentant le montant de la facture.

Choisir entre bois composite et bois thermotransformé

Quelques éléments de comparaison peuvent être fournis en l’état des connaissances sur l’évolution de ces bois au cours du temps.

Les caractéristiques du bois composite

Le bois composite consiste en un amalgame de poussières fines de bois et de résine (acrylique, PVC…). Les lames sont pleines ou profilées par extrusion, c’est-à-dire creuses.

Le bois composite est distribué partout pour un prix équivalent au bois traditionnel de classe IV. Il se manie comme du bois naturel, se coupe, se perce. Il ne requiert aucun traitement car il est teinté dans la masse, ce qui le rend hermétique aux insectes et aux champignons. En revanche, d’un naturel hydrophile, il a tendance à gonfler et à reprendre l’humidité perdue pour sa fabrication.

Les caractéristiques du bois thermotransformé

Le bois thermotransformé (ou rétifié) est un bois torréfié au four, assez longtemps pour modifier sa structure interne. Il est proposé en forme de lames.

Le bois thermotransformé est absent des rayons de grande distribution et n’est pas facile à trouver. Son coût est indiqué sur devis. Comme du bois naturel, il se met en forme, se coupe et se perce. Devenu inerte, il est inattaquable par les insectes ou moisissures et ne requiert aucun traitement. Son grand avantage est sa stabilité, il ne se prête à aucune transformation.

L’entretien d’une terrasse en bois

Construite en bois massif… c’est du bois sec. Laissez-le au grès des éléments, il virera au gris en un été et fera le régal des insectes. Plusieurs types d’entretiens sont envisageables pour le préserver du vieillissement :

– Bois huilé : l’huile est appliqué au printemps et à l’automne et le bois retrouve son aspect d’origine

– Bois lasuré : la protection est d’une plus longue durée et l’on peut donner une nouvelle teinte à sa terrasse. Il faut repasser une couche de lasure tous les 2 ans.

– Bois vernis : le vernis n’est envisageable qu’au profit des balcons abrités et ne convient pas aux grandes surfaces, en particulier si l’on marche dessus. Il faudra régulièrement le décaper pour le refaire.

La formation d’une terrasse en lames de bois

De l’orientation des lames dépendra la perspective que l’on donne à sa terrasse.

On produit un effet visuel de largeur en alignant les lames parallèlement à la façade de la maison. Pour favoriser la profondeur, on les oriente en direction de la maison. Si vous envisagez un aménagement plus complexe en alternant une pose alignée et perpendiculaire ou une pose à bâtons rompus, il est préférable de recourir à un paysagiste spécialisé qui vous fournira un plan de façon à être sûr de ses choix.

La fixation des lames consiste soit à les clouer ou visser sur des lambourdes, soit à les maintenir par des pattes métalliques invisibles. Elles sont séparées d’un espace libre d’au moins 5 mm de façon à ce que l’eau puisse s’écouler.

Si la terrasse n’est pas construite sur une dalle de béton, il faut préparer le sol :
décaper la couche superficielle de terre, la damer puis dérouler un matériau géotextile, une espèce de feutre qui freinera le développement des mauvaises herbes. Enfin, une couche de drainage, faite en sable ou en gravier, sépare le géotextile du plancher de la terrasse.
Lorsqu’il s’agit d’une pose sur lambourdes, il faut qu’elles soient de classe IV car elles sont en contact avec le sol. Elles sont fixées à angle droit par rapport au sens des lames, autrement dit à la perpendiculaire et séparées d’un intervalle de 30 à 50 cm selon la largeur des lames.

La formation d’une terrasse avec des dalles de bois

Plus modulable, les dalles de bois se fixent sur des lambourdes ou des plots réglables en plastique. Ces plots sont posés sous chacun des angles des dalles de sorte que quatre dalles voisines reposent sur un plot. Les plots sont vissés ou dévissés en hauteur pour s’ajuster au sol et égaliser le niveau.

Ce type de pose implique la construction d’une dalle en béton sur laquelle seront posés les plots. A défaut, on empêche les plots de s’enfoncer dans la terre en enterrant des supports qui les soutiendront. Il pourra s’agir d’une grosse pierre plate, d’un parpaing ou d’une semelle de béton.