Semer des engrais verts est une solution pour revivifier un sol épuisé en fin de saison. Garantir une bonne structure à sa terre est indispensable pour conserver un beau potager.

Le principe de l’engrais vert

Il s’agit de plantes de croissance rapide, capables de pousser même en arrière saison, et qui vont recouvrir le sol de leurs déchets. Elles produisent rapidement une forte quantité de matières organiques qui enrichissent la terre. Par leur fermentation, elles libèrent de l’azote et se transforment en humus, ce qui va immédiatement restructurer le sol. Au printemps, la terre est fine, grumeleuse, dégagée de toutes mauvaises herbes. L’humus agit comme une couverture végétale qui va empêcher le lessivage du sol et retenir le glissement de la terre dans les pentes.

Travaux pratiques

Acheter les bonnes espèces d’engrais vert
Vendus en sachets, les engrais verts sont distribués par la plupart des jardineries.
Les principales espèces sont la moutarde, la vesce, la luzerne et la phacélie. Les quantités à semer dépendent de la surface à couvrir :

Espèce 20 g couvrent… 500 g couvrent…
Phacélie 15 m² 250 m²
Vesce 5 m² 100 m²
Moutarde 10 m² 200 m²
Luzerne 10 m² 200 m²

Les semis

On commence par griffer légèrement la zone à ensemencer. Les graines sont ensuite semées à la volée. Elles sont enfouies en passant délicatement le râteau puis en tassant la terre, selon le même procédé que le gazon. Elles germeront en quelques jours.

L’enfouissement

Il est recommandé de passer la tondeuse fin octobre, alors même que le cycle végétatif ne serait pas achevé. Une bonne semaine plus tard, on bêche la surface pour enfouir la matière végétale.