Tailler son rosier

La taille des rosiers doit être pratiquée à la sortie de l’hiver, ce qui correspond selon les régions aux mois de février ou mars quand les gelées ne sont plus à craindre et ceci jusqu’en avril. Les non-remontants se taillent en revanche, courant août, dès la fin de leur floraison.

 

Applications pratiques

Le sécateur est tenu en plaçant la lame du côté du bois restant et la contre-lame écrasant la partie de rameau à faire tomber. La coupe est nette et cicatrisera facilement.

Les outils de coupe véhiculent des germes, il faut donc les désinfecter avant de les employer.

Les rosiers grimpants ont des branches plus fortes que l’on taillera franchement avec un coupe-branches, modèle de sécateur à deux mains.

En ce qui concerne la taille des rosiers tige et buisson, on ne conserve que 3 à 7 branches principales. Les pousses ligneuses sont supprimées au profit des jeunes pousses. Ils sont rabattus dans une proportion de à 3 à 5 yeux, ce qui correspond à 15 ou 20 cm en moyenne depuis le point de greffe. La taille doit dégager l’arbuste pour laisser passer l’air et la lumière. On fera de même pour les rosiers miniatures.

En ce qui concerne la taille des rosiersgrimpants remontants, on laisse 5 à 6 rameaux qui constituent les branches charpentières. Les pousses latérales sont rabattues de 30 à 40 cm, ce qui équivaut à 5 ou 6 yeux. Les racines également seront rabattues pour ne mesurer que 20 à 25 cm de longueur et l’on supprime celles abimées. C’est ce qui s’appelle habiller les racines.

En ce qui concerne la taille des rosiersgrimpants non remontants, on laisse 6 à 7 branches principales et il faut rabattre sévèrement les branches latérales, qu’il ne reste pas plus de 2 yeux. Cela stimulera énormément la floraison. Ces variétés de rosiers sont taillées juste après la fin de leur floraison.

Des réserves toutefois portent sur les rosiers anciens pour lesquels la taille n’est pas systématique et les couvre-sols qui ne se taillent que plusieurs années après la plantation, puis ensuite tous les 2 ou 3 ans en fonction de leur épanouissement.