La plantation d’un rosier
C’est à l’automne que l’on plante les rosiers de façon à ce qu’ils s’enracinent avant l’hiver. Cependant ce n’est pas un absolu car s’ils sont en container, on peut les planter à tout moment.

L’époque de plantation

Un rosier se plante de préférence en automne, lorsque l’humidité et la température sont idéales pour l’enracinement du précieux arbuste. D’ailleurs, les jardineries et pépinières abondent d’une offre variée à cette saison. Pour un rosier à racines nues, il faut attendre novembre, car une température trop élevée le dessècherait instantanément. Aussi, faut-il rapidement planter un rosier à racines nues, lesquelles sont sensibles aux conditions extérieures et ne doivent pas rester trop longtemps à l’air. Vous aurez moins de souci avec un rosier en container qui peut patienter, mais on évitera les jours de pluies ou de gel.

Les conditions de sol

Hormis les sols extrêmes faits de sable ou d’argile pure, les rosiers s’adaptent à tous les types de sol, pourvu que le terrain soit bêché sur 60 cm de profondeur.
Si la terre est très argileuse et compacte, on peut y remédier en ajoutant du sable, du gravier ou des cendres ce qui l’allègera. De même, si le sol est sablonneux, on ajoutera de l’argile, du terreau ou de la tourbe qui renforceront la rétention d’eau.

La préparation du plant

Pour faciliter l’enracinement et la reprise du rosier, on commence par « habiller » les racines. Cela suppose de supprimer les parties abimées et de les rabattre pour laisser 20 à 25 cm de longueur. Il faut ensuite tremper les racines dans une boue faite d’argile et de tourbe. Cela s’appelle le pralinage pour empêcher de laisser les racines en contact avec l’air. Il faut ensuite tailler l’arbuste à 15 cm du point de greffe (ou collet), en ne conservant que les 3 ou 4 tiges les plus fortes. Toutefois, les rosiers sont souvent vendus déjà rabattus.

La plantation

Il faut creuser un trou de 60 cm de profondeur et dont le volume sera équivalent à celui des racines. Le fond est tapissé d’un mélange de tourbe, de la terre du trou et d’un peu de poudre d’os. Pour l’installation du rosier, le collet sort du sol et il faut veiller à ne pas laisser de poches d’air en rebouchant avec la terre, sans tasser pour autant. L’arrosage final sera généreux et permettra de compacter la terre autour des racines. Pour éviter que le jeune rosier ne succombe au premier froid, il est recommandé de former une petite butte autour du collet. La première taille n’interviendra pas avant mars.