Savoir acheter ses rosiers

Le marché des rosiers est vaste, démarre très tôt et il convient de se renseigner pour acheter sans se tromper. Vendus sous sachet plastique ou à racines nues, les rosiers devront impérativement être plantés à la bonne saison, ni trop tard, ni trop tôt. Plus adaptés à leur commercialisation, les rosiers sont aussi vendus en container, ce qui autorise de les planter toute l’année.

 

Un marché décalé

Marketing oblige, les premiers sachets de rosiers envahissent les rayons au début de l’automne, or c’est beaucoup trop tôt. Il faudrait attendre l’arrivée de l’hiver. Par conséquent, leur reprise est d’emblée compromise car ces arbustes ont été arrachés de terre précocement, alors qu’ils étaient encore en période de végétation. Ils ont ensuite été transportés puis stockés à des températures trop élevées pour leur nature. Quant à Noël, c’est une nouvelle période de promotion sur les rosiers, mais la saison est avancée et il est trop tard.

 

Les trois conditionnements des rosiers

racines nues : c’est la présentation traditionnelle où les plants de rosiers sont d’abord cultivés en pleine terre. Destinés à la vente en vrac dans les pépinières, ils sont arrachés, puis les tiges et racines taillées. On vérifiera l’état des tiges qui doivent être vertes et lisses. On n’achètera pas de plant dont les tiges sont déjà ridées ou affectées de taches brunes ou noires. En l’absence de tout « packaging », ces rosiers ne sont pas très chers et ne sont proposés qu’à leur saison. Aussi faudra-t-il rapidement les planter.

en sachet plastique : le sachet englobe les racines plongées dans de la tourbe et les tiges du rosier. Mode de conditionnement adapté aux rayonnages, ces rosiers sont exposés sous leur emballage aux lumières et à la chaleur du magasin ce qui compromet leur reprise. Sous l’effet du chauffage, ils développent précocement leur végétation et présentent déjà de longues pousses vert pâle. Ils sont à écarter car ils ne supporteront pas la transplantation. Aussi, on inspectera l’état des tiges qui ne doivent présenter aucune altérité comme pour les rosiers vendues racines nues.

en container : leur commercialisation se fait toute l’année et autorise leur plantation à n’importe quel moment. Le sujet a des racines bien établies et peut être choisi en fleur. Les rosiers dans ce conditionnement sont les plus chers, alors autant vérifier leur bon état avant de les acheter. Leur feuillage doit être sain, les racines correctement enterrées dans le pot sans former un chignon trop volumineux qui serait le signe d’une mise en pot déjà ancienne. A l’inverse, si le rosier vacille dans sa tourbe c’est qu’il vient d’être rempoté et n’est pas installé.

Les bons endroits pour acheter un rosier

Pépiniéristes et jardineries

Le rosier est choisi « de visu », mais le choix est limité à la sélection du magasin.

Grandes surfaces

En saison, elles proposent des rosiers à bas prix et les premiers jours sont les plus intéressants. Au-delà, les sujets sont exposés à la chaleur et risquent de démarrer leur végétation.

Foire aux plantes

Le mois de mai est celui des foires aux plantes, ce n’est donc pas le moment d’acheter et de transplanter un rosier, sauf s’il est conditionné en container.

Vente par correspondance

C’est chez les vépécistes que l’on trouve le plus de choix, avec des variétés anciennes ou rares. Les catalogues sont très précis sur la rusticité, le porte-greffe, la taille et l’époque de floraison du rosier. Vous disposez d’une information complète sur la qualité et les faiblesses de chaque variété, quoique plus discret à ce sujet.