Moins dangereuses que les invasions de parasites, les maladies sont connues et peuvent être traitées ou évitées par des mesures sanitaires exclusivement naturelles. Cela passe par une bonne hygiène et des traitements de fond préventifs dès l’automne.

Deux mesures d’hygiènes simples : brosser la mousse, ramasser les feuilles

Selon les régions, les troncs et les branches ont tendance à être régulièrement recouverts de mousse. Pour poétique qu’elle soit, elle est un foyer de multiple champignons nocifs pour la santé de l’arbre. On l’élimine en passant un badigeon blanc. Rien n’interdit d’être fantaisiste et de colorer ce badigeon avec les pigments de son choix pour obtenir des troncs multicolores dans son jardin…
Les amas de feuilles mortes sont également des nids à germes. Il est donc recommandé de les brûler avec les fruits tombés à terre ou pourris sur l’arbre.

Les traitement préventifs

L’automne venu, on pulvérise de l’oxyde cuivreux. Ses propriétés protègent les fruitiers du chancre, de la bactériose mais aussi du mildiou de la vigne et de la tavelure qui attaque pommiers et poiriers. Ce produit est commercialisé sous le générique “Maladies des arbres fruitiers”.
Le traitement commence en automne, au moment de la chute des feuilles et est régulièrement renouvelé jusqu’à l’apparition des bourgeons. En revanche, il ne faut pas que l’oxyde cuivreux touche les fleurs.
L’écorce est également traitée de l’automne jusqu’au printemps par le traditionnel badigeon blanc à la chaux pour empêcher le développement des lichens, mousses et champignons responsables des maladies. Il est appliqué au pinceau par temps sec lorsqu’il ne gèle pas.

Lutter contre la cloque du pêcher

La cloque du pêcher est provoquée par un champignon qui sévit particulièrement lors des printemps froids. On utilise de l’oxychlorure de cuivre en prévention et un traitement de fond à la bouillie bordelaise sera engagé pour les variétés très sensibles.
L’oxychlorure de cuivre est d’abord pulvérisé avant et après la chute des feuilles. L’opération est renouvelée au débourrement, puis pendant la floraison et le développement des feuilles.