De la qualité du sol dépend la réussite des cultures. En d’autres termes, à chaque sol ses végétaux qui s’épanouiront sans nécessiter beaucoup d’intervention. Pour les plantes étrangères à ce milieu, il faudra apporter quelques modifications au sol pour rendre la terre plus accueillante. L’analyse du sol pour déterminer s’il est acide ou alcalin,  humifère, argileux ou calcaire est donc l’étape préalable à toute plantation.

Faire un prélèvement

L’analyse concerne la couche arable, c’est-à-dire la terre à 20 et 30 cm de profondeur, là où les plantes se nourrissent. Le prélèvement est déposé dans un bocal en verre tel qu’un pot à confiture, à l’aide du transplantoir (une petite pelle à main). Afin que l’échantillon représente la terre du jardin en moyenne, on prélève de petites pelletées à différents endroits. Si les caractéristiques sont distinctes d’une partie à l’autre du jardin, de type sablonneux d’un côté et argileux de l’autre, cela implique de faire deux analyses.

Utiliser un kit d’analyse

Pour un coût moyen de 8 €, on peut se procurer en jardinerie un kit d’analyse du sol. Il est habituellement rangé dans les rayons de traitement ou d’engrais. Il mesure le pH (potentiel Hydrogène) du sol, c’est-à-dire son taux d’acidité. Le pH détermine la réaction acide, neutre ou basique d’une matière, notée de 1 à 14. Les milieux au pH inférieur à 7 sont acides et alcalins si leur pH est supérieur à 7. Les pH des sols sont habituellement compris entre 4 et 9 et les plantes du jardin requièrent une terre légèrement acide au pH de 6 ou 5.

Le kit d’analyse se compose de bandelettes cartonnées, d’un flacon d’eau déminéralisée et d’un tube à essais. Il suffit de remplir le tube à moitié avec le mélange de terre et y ajouter l’eau déminéralisée. On le bouche, on l’agite… puis on laisse la terre se déposer. La bandelette réactive est alors plongée dans le tube et elle se colore en fonction de l’acidité prise par l’eau. Ainsi êtes-vous renseigné sur l’acidité ou la basicité de votre terre. Mais d’autres éléments sont encore à prendre en compte.

Pousser l’analyse plus loin

Par l’intermédiaire de votre jardinerie, il est également possible de confier l’analyse à un laboratoire spécialisé lequel délivrera des informations beaucoup plus complètes sur le sol. L’analyse portera sur un prélèvement de 500 gr à 1 kg de mélange de terre du jardin, tant que ce sol paraît relativement homogène. C’est évidemment plus cher mais tout dépend l’enjeu que représente votre jardin.

En définitive, la sagesse commande de ne retenir que les végétaux adaptés au milieu et de renoncer par exemple dans un terrain calcaire à implanter des plantes telles que camélias, azalées ou rhododendrons qui sont calcifuges.

Si l’on veut améliorer son terrain, plutôt que de recourir à des correctifs chimiques, il faut miser sur le temps et le travail. Enrichir un sol pauvre avec des engrais verts ou alléger une terre argileuse avec du terreau de feuille sera toujours possible avec des soins constants.