Préparer la terre avant les plantations en 3 gestes
Préalablement aux semis et plantations du printemps, il faut nettoyer, aérer et nourrir le sol, conditions de sa fertilité.

Assainir le sol

Le paillis d’hiver a permis d’accélérer la décomposition des déchets organiques et a limité le développement des mauvaises herbes. Le paillis qui ne s’est pas décomposé doit être retiré et jeté dans le tas de compost ou sur l’éventuel paillis conservé ailleurs. Le sol ainsi découvert va perdre de son humidité et progressivement se réchauffer.
Les racines et mauvaises herbes encore présentes seront supprimées (au compost) pour laisser la place libre aux nouvelles cultures. On prendra garde de ne pas supprimer les pieds de pissenlits ou de véroniques dont les qualités mellifères attirent les insectes auxiliaires, ni les orties tellement utiles en purin.

Aérer le sol

La tâche est grandement facilitée par le paillage qui a favorisé le développement des lombrics. Avec le réseau racinaire des cultures en place, la structure souple et aérée du sol a pu être maintenue. Il ne reste plus qu’à émietter la terre avec une grelinette et niveler la surface avec un râteau. On travaille la terre en profondeur avec la fourche bêche si l’on veut faire pousser des racines telles que panais ou carottes.
S’il s’agit d’un sol découvert pendant tout l’hiver ou si la terre est compacte et lourde, il faut la retourner en procédant par un bêchage classique.

Fertiliser le sol

Usage du compost
L’arrivée des premières chaleurs réactivent les micro-organismes et vers de terre. C’est à ce moment que l’on ajoute un compost arrivé à maturité. Il est superficiellement mélangé à la terre à l’aide d’un croc. Il favorisera la croissance des potirons, courgettes, pommes de terre et des fraises
Usage des engrais verts
Les engrais verts semés l’automne et qui auraient résistés au gel seront coupés, broyés ou fauchés puis coupés à la binette pour les mettre à sécher. Devenus sec, ils seront enfouis en surface avec le croc. Il faut alors attendre un mois avant de semer ses légumes dans une terre ainsi enrichie.
Traitement préventif
Avant de semer des cultures sensibles au mildiou ou à la rouille, telles que les fèves, on pulvérise sur le sol du purin d’ortie ou du purin de prêle.