Les grimpantes, plus d’une technique pour grimper
Pour aider les grimpantes dans leur ascension autant bien les connaître pour leur donner les supports les plus adaptés à leurs ventouses, crampons, vrilles et autres épines.

Des tiges volubiles

Un bon nombre de grimpantes enroulent leurs tiges autour des supports que sont les arbustes avoisinants ou les treillis que vous leur donnerez. Il faut savoir qu’elles sont robustes et avec le temps, une glycine (wisteria spp.) finit par tordre les tubes les plus solides.
Un treillis de croisillons de bois sera idéal pour l’enroulement du chèvrefeuille (lonicera spp.) et l’ipomée (ipomea spp.) se déploie en une saison le long des grilles ou vers les cimes d’un arbuste.

Des tiges et des vrilles

Clématites (clematis), Vigne (vitis), Passiflore (passiflora caerulea) ou Pois de senteur (lathyrus odoratus) sont dotés de vrilles qui s’enroulent sur les rameaux et petites branches des arbustes voisins. Il suffit donc de leur laisser un grillage ou treillis métallique serré pour guider leur progression. On peut également associer des clématites aux rosiers pour un plus large effet romantique.
Pour les vignes, les tiges sont au début attachées à des fils tendus. Par la suite, elles développeront des vrilles qui s’enrouleront d’elles-mêmes à ces fils.

Des crampons pour une adhérence renforcée

Doté de crampons, le lierre (hedera sp.) pénètre toutes les interstices des murs et parvient à se fixer sur un mur lisse qu’il recouvrira en quelques saisons. Sa vigueur peut soulever des tuiles et lézarder un mur. Sa croissance est donc à surveiller.
Le jasmin de Virginie ou bignonia (campsis radicans) progresse également le long des murets avec des crampons. Toutefois, il requiert le soutien de fils de fer tellement il est lourd de fleurs.

Des coussinets adhésifs

La technique est proche de celle des crampons. Les vrilles de la plante sont modifiées et se terminent pas des espèces de ventouses, comme celles constatées sur la vigne vierge (parthenocissus). Le départ de la plante doit être dirigé vers le support, idéalement un mur et ensuite la plante progressera rapidement tout son long.

Des épines pour mieux s’accrocher

C’est avec leurs épines que les ronces (rubus) et rosiers grimpants se hissent peu à peu. Ils ont cependant besoin d’aide pour conserver une forme et des proportions harmonieuses. En conséquence, on tendra des fils horizontaux contre la paroi et des liens souples maintiendront à la verticale les tiges du rosier.