Les avantages d’une culture en planches pour le potager

Traditionnellement les légumes du potager sont semés ou plantés en rangs parallèles. Selon cette méthode, le jardinier est amené à piétiner entre les rangs pour leur entretien et les récoltes. La terre est tassée sous ses pas, compactée, ce qui perturbe l’activité biologique, réprime le développement racinaire et empêche la bonne absorption de l’eau.

Au contraire, la culture en planches organise la circulation entre les légumes par la création d’un réseau de sentiers protégés, pas plus larges de 20 cm. La terre où poussent les végétaux reste intacte. Le potager est réparti en buttes, chacune séparée par un sentier, et sur lesquelles reposent les fameuses planches d’environ un mètre de largeur.

Sur les terrains légers et sableux, les planches sont posées à 10 cm de hauteur de façon à remédier à la sécheresse. Sur les terrains lourds et argileux, elles sont montées à 20 cm de hauteur pour faciliter le drainage. Ainsi, les sentiers seront plus profondément creusés en sol argileux qu’en sol sableux. Les sentiers sont creusés avec une pelle ronde et élargis avec la pelle carrée.

La terre des sentiers est déposée sur les planches et si nécessaire, on incorpore avec une griffe le compost et l’engrais, puis avec un râteau on nivelle la planche. Les planches se conservent d’une année sur l’autre, mais peuvent être retirées pour renouveler le design du potager.