L’importance de tailler

La taille sert à maîtriser la croissance de ses arbrisseaux et arbustes en leur redonnant une forme et en limitant l’espace qu’ils occupent. L’intérêt est évident pour les petits jardins où l’expansion des plantations doit être contrôlée, mais c’est tout aussi vrai pour les grands espaces sensibles au fouillis.
Redonner forme certes et la forme en plus. Rien de tel que de tailler ses arbustes pour augmenter leur ramification. La floraison s’en trouvera stimulée et de jeunes branches apparaîtront.

La bonne période pour tailler

L’idéal est en fin d’hiver, après le plus fort des gelées en février ou mars. En revanche, il faut pratiquer la taille à la fin de la floraison s’il s’agit d’arbustes à floraison hivernale ou printanière comme le groseillier à fleurs, la spirée printanière, le forsythia, le corète du Japon, le cognassier du Japon, ou le laurier-tin.
On s’abstiendra de tailler les magnolia, rhododendron, skimmia, camélia ou azalée qui ne le supporteraient pas. Retirer leurs fleurs fanées sera votre seul geste d’entretien de façon à ce qu’ils ne se fatiguent pas à produire des fruits.

Savoir tailler

Pour des arbustes à feuillage caduc, il faut distinguer la taille d’entretien et la taille de rajeunissement.
La taille d’entretien va consister à
– supprimer les branches mortes, malades ou abîmées par le gel,
– débarrasser l’arbuste de ses fleurs fanées,
– couper ses vieilles branches à 5 cm de sol et ainsi l’aérer et laisser entrer la lumière,
– couper les branches que vous jugez disgracieuses et redonner une forme.
Vos lilas, seringat ou hortensia seront ainsi valorisés.
La taille de rajeunissement va consister en une coupe tous les 3 ou 4 ans de toutes les branches pour que les vieux bois soient remplacés par de jeunes pousses.

S’il s’agit d’arbustes tels que thuya, if, laurier-tin, tous arbustes à feuillage persistant, il faut :
– les débarrasser de leurs branches mortes, malades ou brûlées par le gel,
– couper les branches disgracieuses,
– recréer une forme.