Les gammes de sécateurs
Les sécateurs commercialisés sont proposés en différentes tailles et différentes lames en fonction des usages auxquels on les destine. Ergonomie et légèreté sont les maîtres-mots.

Un sécateur qui tienne en main

Parce qu’il existe plusieurs types de sécateurs, avec des formes et des épaisseurs différentes du manche, un jeu de ressort également propre à chaque instrument, il est important de prendre en main le sécateur avant de l’acheter. Il faut pouvoir l’ouvrir et le fermer d’une simple pression de la main et s’assurer de l’aisance du verrouillage des lames. Le confort entre paume et doigts est un gage d’efficacité. Il doit vous permettre de tailler des branches jusqu’à 2,5 cm, voire 3 cm, de diamètre.

Un sécateur à lames croissantes ou à enclume

Usuellement, un sécateur est un instrument à lames franches, c’est-à-dire « à lames croissantes ». La coupe est similaire à celle d’un ciseau avec une lame affutée sur une seule face et qui glisse le long d’une contre-lame. La coupe n’écrase pas les tissus, elle est nette, « franche » et précise. Ce sécateur convient à la taille des rosiers, fruitiers ou arbustes, spécifiquement adapté pour les bois « vivants ».
Les sécateurs « à enclume » possèdent une lame coupante affutée sur ses 2 faces et plus épaisse. Elle s’écrase sur la lame opposée de forme aplatie, « l’enclume ». Ce sécateur sectionne des branches d’un plus grand diamètre, mais procède par écrasement. Il convient pour supprimer le bois mort plutôt que les bois verts, ou pour le travail de l’osier.
Pour couper des branches d’un peu plus de 2 cm de diamètre on utilise plutôt un ébrancheur, également nommé sécateur à deux mains ou coupe-branches. Sa surface de coupe est plus grande et l’effort est décuplé par l’effet de levier de ses longs manches.

L’ergonomie de la poignée

Pour ceux qui jardinent régulièrement, les sécateurs fantaisies ou ceux « à l’ancienne » n’ont d’attrait que leur design mais perdent très vite tout intérêt.
Conçues avec des matériaux composites les poignées d’aujourd’hui se fondent à la forme des mains et sont plus légères. Elles ont la légèreté de l’aluminium et la solidité de l’acier, or le poids du sécateur influe directement sur le confort d’utilisation.
Assortie d’un antidérapant la poignée assure une meilleure prise en main et un meilleur serrage. Sur certains modèles, la poignée est rotative, ce qui épargne les ampoules et augmente la puissance de coupe… mais c’est une habitude à prendre.
D’autres modèles ont une tête de coupe inclinée de 30° par rapport à l’axe des poignées, ce qui soulage les articulations et prévient tout faux mouvement.
Sur certains sécateurs les poignées sont à ouverture variable, de sorte qu’ils s’adaptent à toutes les tailles de main et enfin certains modèles sont adaptés pour les gauchers.

Un sécateur à ressort ou à crémaillère

La plupart des sécateurs comporte un ou plusieurs ressorts. L’avantage des modèles de sécateurs « à crémaillère » est qu’ils permettent de tailler sans mobiliser trop d’effort. Cependant, avec ce type de sécateur, la coupe n’est jamais réussie à la première tentative et il faut répéter plusieurs fois le geste, ce qui finit par être éreintant si beaucoup d’arbustes sont à tailler.

Un sécateur de couleur

Loin d’être une fantaisie, la couleur vive est le moyen de ne pas perdre son sécateur dans un massif ou son jardin. Les modèles « bois et fer forgé » sont à réserver à la décoration de la maison.